4,6 millions souffrent de solitude, mais leurs voisins agissent.

mesvoisins_presse_solitude_image1.jpg

23.10.2019

Le contact avec nos voisins nous sort de la solitude. Selon les études, nous vivons ainsi plus heureux, plus longtemps.

 

Une information qui a fait réagir des centaines d’habitants dans toute la France.  

 

Paris, le 23 octobre 2019 - Environ une personne sur vingt passe des journées entières sans parler à personne dans notre pays. Une étude du CSA et des Petits Frères des Pauvres parue le mois dernier indique que 4,6 millions de Français ressentent de la solitude. Dans l’écrasante majorité des cas, cette situation est subie et cause beaucoup de souffrances. Une solution à ce grave problème réside dans un voisinage solidaire – comme le montre l’expérience de la plateforme de voisinage mesvoisins.fr.

Le réseau social de proximité mesvoisins.fr est un témoin direct de l’isolement social que subissent les habitants des grandes villes. Personnes âgées, mères célibataires, étudiants loin de leur famille ; ils sont très nombreux à souffrir d’une situation d’« invisibilité ». L’un des objectifs qui anime ce réseau social est de créer plus de lien et de solidarité, de permettre aux gens de s’entraider.

« Je tiens à mentionner que grâce à votre réseau j’ai rencontré Jean qui vient dès qu’il le peut m’ouvrir les portes de l’informatique, si difficile pour moi. Grâce aux voisins j’ai cette joie de constater que des personnes sont capables de tendre la main aux autres. Dans notre monde, on rencontre rarement une main tendue, et votre jeune équipe a songé à cette approche. Enfin nous sortons de notre cocon pour nous tourner vers les autres. Je suis enchantée d’avoir rencontré mes voisins. Cela met du bonheur dans ma vie. Bravo, bravo, continuez. »

Luce, 83 ans, Toulouse

De bonnes relations entre voisins rendent non seulement la vie plus belle, mais aussi plus longue. Des effets bénéfiques sur notre santé physique et mentale ont été découverts, que vous pouvez découvrir dans notre dossier joint.

Des actions simples peuvent avoir un grand impact dans la vie d'un voisinage, et ainsi contribuer à changer les regards. C’est pourquoi l’équipe de mesvoisins.fr a lancé un appel à ses utilisateurs pour les mobiliser. Il y a eu des réactions par dizaines : sur l’application ou sur le site, beaucoup de voisins ont proposé de se rencontrer.

Nathalie par exemple, résidant près de Marseille, a écrit à ses voisins spontanément. Et le même jour, les voisins de sa rue et elle-même se sont retrouvés dans un café.

« C’était incroyable, j’ai publié le message vendredi, et des dizaines d’e-mails me sont parvenus toutes les heures pendant le weekend. Des gens qui nous remerciaient, ou qui nous disaient qu’ils allaient agir. À la fin il y en avait une centaine. »

Alixia, responsable en communications.

Les sociétés modernes, terrains de l’isolement.

C’est un fait : nous n’osons plus tellement dire bonjour aux gens que nous croisons dans le quartier. Nous vivons dans nos bulles, nous restons à la maison devant une série télé au lieu de sortir au parc, nous voyageons loin et ignorons tout des personnes qui habitent juste à côté… Les relations de voisinage sont-elles en crises ? Il semblerait que oui. De par le progrès de la mobilité, l’explosion d’Internet, les situations démographiques et un phénomène de repli « entre-soi », cette crise des interactions sociales semble affecter la plupart des pays riches, selon des études en cours.

La mobilité quotidienne ne cesse d’augmenter depuis des décennies, et le lieu de travail s’éloigne du lieu de résidence. Cela réduit les occasions de contacts entre voisins ; tout comme la hausse de la mobilité résidentielle, qui se traduit par des déménagements plus fréquents. Il est donc plus ardu de tisser des liens de voisinage durables.

C'est ce qu'indique Maxime Felder, qui a écrit une thèse sur ce sujet et qui travaille au Laboratoire de sociologie urbaine de l’École polytechnique fédérale à Lausanne (EPFL)[1].

Il est aussi vrai que nous sommes de moins en moins actifs dans notre quartier. Nous prenons la voiture ou les transports en commun, et n’hésitons pas à faire plusieurs dizaines de kilomètres pour nos loisirs et activités.

Et cela a des conséquences : une étude du CSA et des Petits Frère des Pauvres[2] indique que 4,6 millions de Français âgés de plus de 60 ans ressentent de la solitude. 3,2 millions d’entre eux passent mêmes des journées entières sans parler à personne. L’éloignement des enfants, le vieillissement de la société, l’anonymat des grandes villes sont autant de facteurs qui contribuent à ce phénomène.

« Je suis à la retraite, sans enfants, ma famille s’est éclatée dans toute la France, et donc complètement malgré moi, je me retrouve isolée. Je suis souvent toute seule à Noel. Et ça alors que j’habite dans une ville de deux millions de personnes. »

Martine, 68 ans, Paris

Et pourtant, le désir de se rencontrer et d’interagir dans son quartier est de plus en plus fort : selon l’étude Viavoice publiée en mai 2009, 90% des Français souhaitent renforcer leurs liens avec leurs voisins ! Alors, d’où vient le problème ? ​

Et les français ont raison de vouloir plus d’interactions : des enquêtes ont démontré que de bonnes relations entre voisins rendent plus heureux et rallongent l’espérance de vie. Être bien entouré par ses voisins peut énormément faciliter la vie. Une voisine alitée qui reçoit de l’aide des personnes de son immeuble, des voisins qui répondent présent en cas de crises ou d’accident : cela peut sauver des vies !

 

Voici sept bonnes raisons, pour lesquelles nos voisins sont bons pour notre santé et notre bonheur !

 

1. Les voisins sont bons pour le cœur. Littéralement. Une étude américaine menée sur plus de 5 000 personnes en 2014 a montré que les personnes qui ressentent une forte cohésion sociale au sein de leur voisinage ont moins de chances de souffrir de maladies cardiovasculaires. Et pour cause : les voisins qui s’entendent bien se motivent souvent mutuellement pour exercer une activité. De ce fait, leur cœur est en bien meilleure santé

2. Un bon voisinage rend heureux ! Selon une étude allemande menée en 2008[3], en passant régulièrement de bons moments conviviaux avec ses voisins, on est plus aimable, plus souriant et on respire la joie de vivre. Cette recherche démontre le rôle crucial de la cohésion sociale au sein de l’entourage immédiat dans la santé psychique et morale. Un remède de bien-être naturel, contre les idées noires !

« J’ai la chance d’habiter dans un immeuble où les relations sont très bonnes. Nous essayons de cultiver cette bonne entente par de petits services, des conversations même rapides. Nous savons que nous pouvons compter les uns sur les autres. Mais c’est d’abord un état d’esprit. Il faut oser faire le premier pas ou, au moins, répondre positivement. On peut ainsi ré-enchanter sa vie ! »

Mariannick, 32 ans, Rennes

3. Les personnes moins isolées vivent plus longtemps. La solitude nuit gravement à la santé ! L’isolation sociale peut être comparée à 15 cigarettes par jour ou à une trop forte consommation d’alcool[4]. Au contraire, les personnes tissant de solides liens sociaux ont en moyenne une espérance de vie plus élevée. Si vous prenez l’habitude de rencontrer régulièrement vos voisins, vous avez alors plus de chances d’atteindre un âge plus avancé et de passer moins de temps seul.

« Votre message me touche et me parle ; j'ai récemment rencontré une personne (âgée) dans cette situation de solitude et à qui j'ai décidé de consacrer du temps de manière régulière. Hier encore, je me promenais à Paris, un monsieur cherchant son chemin m'aborde. On a discuté 5 minutes. Il a été ému/surpris du temps que je lui ai "offert", il m'a dit "vous gagnez à être connue", ça m'a fait rire. C'est révélateur d'une société où on ne prête plus trop attention aux autres. Sans parler du manque de bienveillance et de générosité générales. Mais on rencontre encore des gens sympas et charmants de temps en temps. »

Corinne, 49 ans, région parisienne.

4. Un bon réseau est une aide dans les périodes difficiles. On vient en aide plus facilement et spontanément aux personnes que l’on connaît. Si l’on s’en tient à rester poli avec ses voisins, par exemple lorsqu’on les croise dans les escaliers, il est rare que l’on puisse être au courant de leurs problèmes. Tisser un réseau social solide entre voisins permet de facilement s’entraider en cas de maladie ou d’urgence. Par exemple, aller à la pharmacie ou faire les courses pour un voisin qui n’en est pas capable.

5. Recommandation de médecins de confiance. Qui peut me conseiller un bon dentiste dans les environs ? Mes voisins ! Si l’on peut se fier aux expériences de ses voisins, on peut alors facilement trouver un médecin adapté dans le quartier. Les recommandations mutuelles facilitent donc l’amélioration des soins de santé dans l’ensemble du voisinage.

6. Lutter ensemble pour un avenir plus sain. Les voisins bien connectés entre eux peuvent agir ensemble et améliorer la qualité de vie au sein de leur quartier. Ils peuvent se mobiliser pour l’installation de murs anti-bruits, de jardins à partager, de parcs et d’espaces verts, pour la préservation de l’environnement, ou encore pour de meilleurs soins avec la mise en place d’un personnel soignant à domicile.

7. Nous ouvrir à de belles histoires : « Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu'il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… ». Ceci est le synopsis du film Deux moi de Cédric Klapisch, sorti récemment au cinéma. Il montre à quel point la solitude des grandes villes est un vrai thème d’actualité, mais aussi que le voisinage est propice à de très belles histoires.

« Ma voisine de porte était très fermée, elle vit seule avec sa fille qui a maintenant son propre logement. Je l'ai apprivoisée cette voisine très méfiante, en lui disant bonjour toutes les fois que je la voyais, puis j'ai pu échanger quelques mots, et maintenant, elle-même m'aborde quand elle a quelque chose qui la tracasse. Elle klaxonne même en me dépassant, c'est un renversement formidable de comportement. »

Marie-Christine, région parisienne

Les retours des voisins font chaud au cœur.

Quant à l’initiative de lutter contre l’isolement, qu’en pensent les voisins ?

Voici leurs témoignages, recueillis dans différents quartiers de France.

Nathalie, 49 ans, a écrit à ses voisins spontanément :

« Bonjour à tous les voisins ! J'ai lu votre annonce sur la solitude ! J'ai 49 ans, j'adore bouger dans le quartier, et je vois (ou devine) ces personnes, souvent plus âgées que moi, qui sont seules. Pourtant ça a l'air si simple de dire un bonjour et papoter ! Agir ? je veux bien ! Mais comment ? trouver un jour de groupement dans un lieu du quartier pour faire connaissance ? Ouvrir un groupe où on parlerait, se soutiendrait, se rencontrerait ? Tant de choses à dire et à faire ! Voilà mon message aux voisins seuls, ou non, qui souhaite, comme moi, s'ouvrir un peu ! A bientôt j'espère. ». Et le même jour, les voisins de sa rue et elle-même se sont retrouvés dans un café !


« J'ai été très touchée par votre appel aux voisins pour éviter cette solitude qui touche tant d'entre nous sans que l'on ne le sache. Personnellement j'ai eu recours aux services de mes voisins et avec succès. Je propose à quelqu'un de jeune de m'emmener jusqu'au Parc Bordelais au moins 2 ou 3 fois par semaine et avant de partir j'offre le café. » Françoise Cenac, 82 ans, Bordeaux

 « Il faut qu’on s’y mette et qu’on commence à organiser des événements festifs pour lutter contre la solitude » Bernadette

« Je suis pensionné (81 ans) et je voudrais me rendre encore utile. Aussi, suite à votre publication sur l'isolement des personnes âgées, je suis disposé à m'impliquer en rendant visite à des gens. Si vous connaissez des personnes qui souffrent de solitude dans ce quartier ou au voisinage, je pourrais me rendre utile. » Odile, 81 ans, Montpellier

 « Oui, vous avez raison, alors je me lance, même si parfois la timidité me freine. J’ai le désir de voir du monde pour loisirs et partage, y compris autour de notre lac. Vous avez pu prendre connaissance de toutes mes possibilités sur mon profil... Et pour quelque aide que ce soit, si je suis dispo et dans les parages, c'est avec plaisir que je viendrai... Bon weekend à tous ! » Djam, Val de Marne

« Vous ne pouvez pas savoir à quel point votre e-mail m'a fait plaisir et touché au plus haut point. D'autant plus que je vis seul, isolé et sans famille... Je trouve votre action et vos suggestions pleines de bon sens et d’humanité. Car à portée de main. C’est notamment à travers ces petites actions de proximité que notre société pourra devenir plus humaine. » Benoit, région parisienne

 


[1] Migros Magazine 

[2] Petits Frères des pauvres 

[3] Étude allemande sur les effets d’un bon rapport entre voisins et la joie de vivre

 

[4] Étude américaine sur le rapport entre la cohésion sociale du voisinage et la santé du cœur 

 

Galerie d’images

Votre contact 

E-mail : alixia@mesvoisins.fr

Tél : 01 78 90 04 18

alixiasprofil FS .jpg

Partager ce message: