Enquête : « Comment vivez-vous le confinement ? »

confinement_questionnaire.jpg

01.12.2020

 

Enquête auprès des voisins : comment vivez-vous le confinement ?

Résultats et analyse des milliers de témoignages reçus 

 

Nous avons mené une enquête auprès de nos membres sur le thème « confinement et voisinage » afin d’obtenir une vision d’ensemble sur les questions suivantes : 

  • Quel est l’état moral de nos utilisateurs en cette année de crise(s) ?

  • Pendant les confinements, la solidarité s’est-elle développée dans les quartiers ? 

  • Qu’est-ce que ces périodes confinées ont changé dans les relations de voisinage ?


Enqête réalisée le 20 novembre 2020 impliquant 2984 participants volontaires, 16 questions. Temps moyen de participation : 15min et 15s

 

À la question : « comment vous sentez-vous moralement en ce moment ? »

  • 37,3% ont répondu en dessous de 50% .

  • 54,6% des participants disent se situer entre 60% et 100% de bien-être moral. 

 

À la question: « Vous sentez-vous suffisamment entouré(e) ou plutôt isolé(e) ? »

  • 26.53 % des participants (783) sur un total de 2951 ont répondu se sentir isolés. 

 

À la question : « En cas de coup dur, oseriez-vous demander de l’aide à un voisin sur mesvoisins.fr ? » 

Les participants ont répondu « Oui » à 58,54% 

 

À la question « Privilégiez-vous le contact direct avec les voisins ? »

Les participants ont répondu « Oui » à 55%

 

À la question « Ressentez-vous actuellement le besoin de rentre en contact avec un(e) voisin(e) ? »

Nous observons une majorité nette de réponses positives pour une aide morale, moins pour une aide matérielle.

Aux questions : « Avez-vous déjà demandé de l'aide / proposé de l'aide aux voisins ? »

Une tendance observée pendant le premier confinement tend à se confirmer : il y a publiquement plus de propositions d'aide que de demandes. 

Nous faisons le constat grâce à ce questionnaire que beaucoup de personnes sont isolées et en souffrance psychologique mais ne “pensent pas” qu’elles ont besoin de soutien, parce qu’elles ne se considèrent pas malades, âgées, ou vulnérables. 

« Selon une étude menée par l’Ifop pour Consoglob à la mi-novembre, 28 % des Français admettaient ne pas avoir le moral, contre 20 % lors du premier confinement en avril et à peine 16 % il y a un an, en novembre 2019. De plus, une majorité de Français avoue ressentir un sentiment de tristesse, plus fort que d’habitude (52 %). Anxiété, troubles du sommeil, dépression… Les problèmes de santé eux aussi sont en augmentation ces derniers mois. »

Source : Et si vous deveniez Délégué(e) Covid de votre quartier, WeDemain

 

 

Témoignages individuels (échantillons)

 

« Par chance pour l’instant pas trop concerné par le Covid mais je sais pouvoir compter sur mes voisins.»

« Dans mon appart en ville. Les applaudissements me manquent»

« En tant qu'infirmière retraitée celà chamboule jusqu'aux fondements même tout ce qui donne sens à ma vie. Rien par rapport au 1er sinon plus grave ! Arrêt brutal de toute sociabilité.De tout loisirs. »

« Ce qui est mieux : Aller voir mon père en EHPAD ; Continuer mes actions de bénévolat.
Ce qui est moins bien :La répétition ;  Le sentiment de contrôle et de déresponsabilisation ; Le sentiment qu'il faut protéger les grandes entreprises ; Le sentiment que les plus démunis sont laissés au bord de la route.» 

« Je suis seule dans mon appartement. Mes enfants sont loin de moi. En Normandie et au Danemark. Les plus part de mes amis sont à Paris. Je garde le contact par téléphone et par ordinateur. Je me reveille tous les matins avec un noeud à l'estomac. Je trouve parfois une amie avec qui je fais mon promenade. Je fais moi-même mes courses et ma femme de ménage vient une fois par semaine »

« Nous sommes mon mari et moi confinés à la maison. A proximité des commerces locaux et grandes surfaces donc pas de soucis de ce côte. Ce confinement en cette période d automne et de proche hiver me semble moins facile à supporter. Surtout dans la perspective des fêtes de fin d année qui ne se feront pas avec nos proches et sans vision de la fin de cette pandémie. Apres un été également perturbé car la contagion était encore présente. On va faire en sorte de passer à  travers la contagion mais angoisse et la perte de moral nous acconpagne. Sans compter sur l eloignement de notre famille et de nos amis.on ne peut pas réaliser nos projets car les magasins sont fermés.periode très difficile à  vivre mais le pire est de penser à tous ces gens malades et hospitalisés qui risquent la mort et le personnel hospitalier et médical qui est dans l epuisement. »

« J'ai commencé un stage au début novembre donc je me déplace quotidiennement entre mon domicile et mon lieu de travail malgré le confinement. Pendant le premier confinement j'étais étudiant et je suis resté à chez moi et j'ai continué mes cours en télétravail. Suffisamment entouré car même si je suis protégé j'ai des contacts avec des amis et des voisins. Nous nous entraidons. La proximité des commerces joue également un rôle. » 

« Je travail en présentiez pour moi rien ne change. L'avantage c'est qu'il y a moins de monde dans les transports. L'inconvénient c'est que l''on fait apparement prendre beaucoup de risques à ma fille au college. »

« Étant Ambulancier, je me bat tous les jours contre ce virus ! »

« J'essaie de ne pas y penser et de vivre au jour le jour. Je ne perçois pas une grande différence entre les deux confinements. »

« C'était le printemps et c'était une nouveauté pour nous le confinement. alors que la cela fait près d'un an que ça dure et on n'en voit pas le bout. Ce n'est plus une vie. On ne peut plus rien faire. »

« Confiné à domicile, en arrêt de travail (maternité)... je m’occupe de mon fils, scolarisé et prépare l’arrivée de la fille. Premier confinement... étant personnel soignant, j’étais de garde de 24h quasiment un jour sur deux, ne voyais mon fils et mon conjoint que lors de mes repos de garde (soit après avoir travaillé 24h dans des conditions très différentes de d’habitude.) J’avais peur de les contaminer, je ne me voyais pas leur raconter à chaque fois ce à quoi j’avais assisté étant donné le caractère inimaginable de la situation, que nous ne maîtrisions pas et ne comprenions pas dans les détails, alors même qu’à la télé et sur les réseaux sociaux, tout le monde savait tout mieux que tout les autres... C’est pendant cette première période aussi, que j’ai appris la grossesse. Je sais que ma situation n’est pas des plus inconfortables... loin de là... Je craint juste de ne pas pouvoir accoucher auprès de mon conjoint selon les conditions sanitaires mise en place à ce moment là. Et surtout, je crains la reprise du travail dans les conditions que j’ai connu au printemps. »

« Je vis très bien le confinement : un gain de temps par rapport à la vie habituelle. Plus de temps pour dormir, faire son ménage, ses courses, m'occuper de mon avenir. »

« J'ai des voisins en or, je sais qu'ils sont là même si nous observons strictement le confinement. »

« Je vis très bien le confinement. Je redoute d’arriver à son terme avant d’avoir terminé tout ce que je me suis promis de faire. Rien de nouveau pour moi par rapport à la première période. »

Retours généraux sur mesvoisins.fr (échantillons)

« Merci ! Ça fait du bien de vous savoir présents. Et j’espère pouvoir prendre des contacts grâce à vous. »

« Un grand merci, votre site est merveilleux et bon courage à vous. »

« De l'information de quartier. Le sentiment d'appartenance à un groupe. Continuez!!! »

« J'ai apprécié idées communiquées sur site de MesVoisins.fr quant à manières de mieux vivre le confinement. J'en ai mises en application dans mon immeuble (dessins d'enfants et messages d'encouragement dans le hall d'entrée) »

« J'aime beaucoup votre site avec les offres ou demandes qui y sont faites. Et j'en parle toujours auprès de moi. Pour moi c'est cela l'HUMANITE. Je t'apporte ce que je peux. Et j'aimerais bien que tu m'aides de telle ou telle façon. Les gens sont d'une manière générale trop égoïstes. Ou encore peureux. Il faut vaincre ces deux calvaires. Et je vous dis "merci" pour ce que vous faîtes. L'idée est extrêmement généreuse. »

« Grâce à Mesvoisins. j'ai pu faire connaissance d'un nouvel ami »

« Merci pour ce questionnaire qui nous permet de nous exprimer, j'espère qu'ils pourront servir à éviter l'isolement et développer la solidarité entre voisins. »

« Nous ne sommes pas seuls. C'est un site comme le vôtre qui nous l'enseigne »

« Je vous remercie profondément des différentes initiatives que vous avez mises en place. Je vous imagine jeunes, dynamiques, dotés d'un fort désir de partage. J'attendais en quelque sorte ce type d'enquête de votre part. »

« Je trouve que l'initiative de mesvoisins.fr concernant la création de cette fonction de délégué est véritablement intéressante pour aider des personnes qui en en besoin et qui n'oseront pas nécessairement le faire par pudeur par exemple. Dans la période actuelle et celle qui s'annonce, les mots entraide et solidarité doivent en effet prendre tout leur sens. »

« Merci pour cette initiative de délégué covid et pour cette plateforme en général , vous êtes top moumoute.Si on veut s'en sortir pas trop "abimés" l'entraide est primordiale, et vous facilitez l'entraide , donc chapeau! Vous faites partie de la solution! »

Galerie d’images

Votre contact 

E-mail : alixia@mesvoisins.fr

Tél : 01 78 90 04 18
 

alixiasprofil FS .jpg

Partager ce message: