« On m'a même dit qu'il sentait bon, ce compost » : Une jeune toulousaine transforme les relations entre voisins grâce au tri des déchets.

Les 3 référentes.jpgrogné.jpg

22.10.2021

 

« On m'a même dit qu'il sentait bon, ce compost » : Une jeune toulousaine transforme les relations entre voisins grâce au tri des déchets.

Le pari de Manon s’est transformé en réussite magnifique. Malgré les résistances des débuts, ce compost collectif est devenu autant un projet écologique qu’un projet social. Rencontre.

Dans la famille de Manon, on a toujours séparé le plastique du carton et pris l’habitude de composter. Alors, lorsqu’elle emménage dans une copropriété du quartier Faubourg Bonnefoy, la jeune trentenaire cherche de manière naturelle à trier ses déchets. Elle commence seule, avant d’entendre parler de la loi prévoyant que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri à la source de leurs bio-déchets avant 2025.

« Je composte dans mon coin, c’est bien, je trie… mais ce serait mieux de le faire avec la collectivité. Avant tout dans une volonté d’inclure des personnes qui n’auraient pas connaissance des méthodes de compostage, mais aussi pour permettre à ceux et celle qui ont envie de le faire et qui n'ont pas forcément le temps ou les moyens, d’y accéder. »

La copropriété de Manon rassemble environ 70 voisins d’origines très diverses. Plusieurs générations, plusieurs classes sociales et plusieurs statuts de voisins se côtoient.

Lorsqu’elle présente le projet, les avis sont très partagés. Beaucoup de voisins ont des peurs spécifiques au compost, envers les mauvaises odeurs ou les insectes. Mais le projet passe au vote et Manon se lance.

Après une journée de formation, l’installation des bacs puis le porte-à-porte pour trouver des voisins motivés, le compost devient réalité. Mais c’est réellement au bout de quelques semaines que le projet prend tout son sens. Pour que les voisins composteurs puissent se rencontrer, Manon organise un premier « Apéro-compost », auquel une dizaine de voisins se joignent. Cette soirée est gravée dans les souvenirs de Manon :

« C’était un moment magnifique où des gens qui se croisent depuis des années ont enfin appris à se connaitre. Je me suis rendu compte d’autre chose à ce moment-là. Pour moi, le projet de base était de trier ses déchets. On est complètement en retard sur le tri des déchets et le recyclage, c’est une priorité écologique. Aujourd’hui, ce compost est devenu autant un projet écologique qu’un projet social. »

Au deuxième Apéro-compost, Manon et ses voisins ne sont plus seulement une dizaine, mais plus du double. Les convives ont entre 7 et 60 ans. Un autre moment incroyable où Manon voit les liens se créer sous ses yeux. « La seule chose qui a réussi à nous faire partir, c’est la nuit qui tombait ». Les voisins composteurs décident de refaire un Apéro-compost tous les mois. L’un d’entre eux propose des soirées cinéma en plein air, qui seront d’autres opportunités d’échanger.

Depuis, Manon a l’impression que l’état même de la résidence a changé. Les lieux sont plus propres, on fait plus attention les uns aux autres. Elle sent que les gens commencent à s’impliquer, au-delà de leur effort de compostage. Désormais, elle peut compter sur untel pour imprimer les affiches, sur un autre pour faire des activités avec les enfants. Les enfants qui sont parfois, pour Manon, le moyen de convaincre les parents du bien-fondé de son projet.

« Les enfants, qui viennent tous de milieux sociaux différents, se précipitent pour faire des jeux et des choses manuelles autour du compost. Ils trient à la place de leurs parents. Ils apprennent à devenir amis. Et au bout de plusieurs semaines, les parents deviennent curieux et viennent nous voir. » Pour Manon, c’est le début de la mixité et de l’inclusion dans sa résidence. « On n’y est pas encore, mais je suis convaincue que ça va arriver ».

Ce compost a été le moyen de prouver que ça marche et que non, l’odeur ne dérange pas. « La meilleure manière de convaincre les gens, c’est juste de faire. Avec la pratique, on a prouvé que toutes les peurs présentes n’avaient pas lieu d’être. L’une des participantes de 12 ans m’a même dit qu’il sentait bon, ce compost. »

Mais la jeune entrepreneuse ne s’arrête pas là. En partant de l’exemple de sa « copro’ », Manon souhaite élargir son influence et inspirer d'autres gens à faire leur compost collectif. C'est ce qu'elle a commencé à faire grâce à la plateforme mesvoisins.fr. En ligne, elle a pu faire passer son message vers tous les quartiers adjacents au sien et nombreux sont celles et ceux qui lui ont répondu.

« J’ai trouvé ça extraordinaire le lien que ce projet a créé dans ma copropriété. Moi, ça m’a changé le quotidien de pouvoir se dire bonjour entre voisins, de se connaitre. Ça change tout. Et je me dis qu’à travers cette expérience et aussi parce que je me rends compte que les habitants ne se parlent pas, il faut que j’encourage tout le monde à faire ça. Dire que c’est facile. Donner les méthodes et les astuces. Accueillir les autres habitants, leur montrer le compost, leur expliquer. Les rassurer. L’intérêt de se tourner sur le local, c’est qu’au moins on peut avoir un impact, on peut faire quelque chose pour améliorer l’environnement dans lequel je suis. Alors oui c’est du travail, mais le retour qu’on a, c’est que du bonheur. »

Agir, s’informer, continuer à apprendre, trouver des solutions à un monde en crise, voilà la route que poursuit Manon et celle sur laquelle elle a embarquée ses voisins.

Pour celles et ceux qui souhaitent aussi lancer un projet de compost avec les voisins, voici les trois conseils de Manon pour débuter :

1. Rapprochez-vous de votre mairie et des associations locales. Ils ont souvent tous les outils en main !

2. Allez parler du projet en faisant du porte-à-porte chez vos voisins. Cela peut aussi créer de belles rencontres.

3. Écrivez à vos voisins à propos du projet sur mesvoisins.fr. Vous trouverez sans doute facilement des gens intéressés et prêts à vous aider !

 

Plus d’infos :

Retrouvez l’histoire complète sur le magazine de mesvoisins.fr

A propos de mesvoisins.fr

Réseau d’entraide de proximité, au service de la vie de quartier

Gratuit, hautement sécurisé, voisins authentifiés

Mesvoisins.fr, né en 2017, est la petite soeur de nebenan.de, le réseau des voisins en Allemagne. La plateforme rassemble près de 500 000 utilisateurs et est présente dans les trente plus grandes villes et périphéries de France. Dans les quartiers virtuels, les habitants se saluent, se rencontrent, s’invitent, s’entraident, s’échangent, se prêtent, se solidarisent autour de projets communs, se transmettent des informations et recommandations, et en un mot : redynamisent leur vie locale.

Sur le fil d’actualité du quartier, chaque voisin peut voir les publications de son quartier direct et des quartiers adjacents. Il peut aussi faire une recherche précise et savoir quel voisin peut l’aider spécifiquement. Il peut offrir et trouver des objets, organiser des événements, créer des groupes privés de discussions, trouver un médecin ou un commerçant.

Mesvoisins.fr est un réseau social qui entend l’être. Notre objectif ? Créer de la vie hors-ligne grâce à un outil en ligne et proposer une réponse locale aux défis sociétaux, économiques et environnementaux de notre époque.

Chaque voisin inscrit peut utiliser le site ou l’application gratuitement, sans limite, sans publicité. Ses données ne sont ni vendues ni utilisées. Le site est crypté et garantit un espace clos où chacun peut se sentir en confiance. La confiance vient aussi du fait que chaque voisin inscrit est un voisin dont l’adresse a été authentifiée (par téléphone, par invitation d’un autre voisin ou par vérification en ligne).

Mesvoisins.fr souhaite se développer en incluant sur la plateforme l’ensemble de l’écosystème de quartier : les institutions publiques, le secteur associatif, mais aussi les commerces de proximité et artisans locaux. Ainsi, toute la vie locale pourra s’organiser à travers un outil qui souhaite participer au monde de demain.

Votre contact 

E-mail : alixia@mesvoisins.fr

Tél : 01 78 90 04 18
 

photo_alixia_mainnemare.jpg

Partager ce message: